Anonyme Anonyme - Connexion - Membres : 210 • Visiteurs :  / Aujourd'hui :  • En ligne : 10
Connexion :  
Se souvenir de moi Mot de passe oublié ?
Pour devenir membre, Inscrivez-vous Inscrivez-vous

AMOUREUX IDEAL

 

 

 

     Le douceur de l'air marin effleure délicatement vos deux visages, en ce matin de printemps. Ton compagnon et toi profitez de cette bouffée d'oxygène, vous marchez tranquillement sur la grande plage de trestel. Le mer se tient plutôt loin et le chant des mouettes anime votre gaieté de se trouver là, à cette endroit... Merveilleuse Bretagne... Souriez, vous êtes en Bretagne...

Cela fait un peu plus de trois moi que tu as rencontré Reda, ton petit copain depuis. Tu es âgé de vingt-cinq ans, tes parents ont bien pris "la chose", enfin ta mère, quand tu leur as annoncé qu'à défaut d'une femme, tu leur ramènerais plutôt un gendre. Vous vivez tous deux en région parisienne, c'est là que vous vous êtes rencontrés, un après-midi l'hiver dernier, c'est une amie commune qui vous a présenté. Depuis, vous ne vous quittez plus. Aujourd'hui et pour la première fois, tu présentes un ami intime à tes parents, ils vivent ici, à Trestel. Tu voulais lui montrer la mer avant de rencontrer tes parents. Ils étaient ravis quand tu leur as annoncé au téléphone que tu amenais quelqu'un pour le week-end, et que c'était du sérieux. Tes parents sont adorables, et tellement ouverts. De ce côté là tu es un petit veinard.

- Je suis très heureuse pour toi mon chéri, avec ton père on se réjouit de le voir.

 

     Reda est beau comme un dieu et en plus il est callé niveau études. Etudiant en licence de droit. Ca lui plait beaucoup, il aimerait devenir avocat des affaires ou un truc dans le genre. Le te lance constamment un regard pétillant d'amour, tu es sur un petit nuage. Cela ne t'es jamais arrivé auparavant, vu toutes les déceptions que tu as eu, il était temps de trouver consolations. De ce côté là, tes voeux sont plus qu'exhaucés.

- A quelle heure on doit être chez tes parents? te demande-t-il

- Vers treize heures.

Ce qui vous laisse le temps de contempler l'horizon, sentir la douceur marine, l'orchestre du bruit des vagues mêlé du chant des oiseaux. Reda possède cette chose qui te fait penser que c'est lui et personne d'autre, sensation indesciptible. Il est grand, assez musclé mais pas trop, les cheveux rasés, la peau légèrement bronzée, tu le trouves superbe, et à chaque fois qu'il parle, tes yeux s'illuminent et ton coeur palpite.

- Je suis sûr que mes parents vont t'adorer, en plus tu as vraiment de la conversation, tu es beau de partout y compris de l'intérieur.

Reda est très attentionné avec toi, à l'affut de la moindre de tes volontés, toujours prêt à t'aider et à te rendre service.

- Allez, il va être temps, on remonte dans la voiture. dis-tu.

 

     La maison de tes parents est située non loin de là, à quelques minutes de la plage en voiture. Tu te prends à te remémorer les beaux souvenir d'enfance que tu as ici. Les parties de rire en famille sur la plage, les belles balades, la douceur du nid familial. Ton arrivée à Paris a été très difficile. Le temps d'adaptation a été long, tu n'arrivais pas à te sentir chez toi dans cette banlieue, et sans la mer, la vie t'est difficile, tu as le sentiment d'étouffer. Mais à présent tu n'imagines plus vivre ici à nouveau, à Paris tu as l'amour de Reda, et à moins qu'il ne vive ici, tu ne t'y réinstallerais pas. Avec lui tu irais au bout du monde, et il ferait de même pour toi. C'est ça la magie de l'amour, tu en as été très perturbé au départ, ce sentiment inexplicable qui t'envahit sans que tu puisses agir dessus.

Tu te gares dans la cour et ta mère est là sur le palier pour vous accueillir. Reda est un peu timide, il se contente d'un "bonjour madame", tout en rougissant. Il est attendrissant. Tes parents vous accueillent merveilleusement bien. Bien entendu, vous passez presque l'ensemble de l'après-midi à discuter, ta mère, puis ton pères posent mille questions à Reda.

- Et comment vous-vous êtes rencontrés?

- Et qui a fait le premier pas?

- Et tu as des frères et soeurs Reda?

- Et qu'est-ce que tu fais de beau dans la vie?

- Et tu as toujours sû que tu aimais les garçons?

- Et tu es né où?

- Et tes parents vivent sur Paris?etc...

Bien sûr Reda ne peut répondre la vérité, alors il invente un subterfuge pour ne pas répondre à ces questions embarassantes et quelques peu indiscrètes... La journée se passe entrecoupée de rires, de discutions, de bons verres de vins et de bons plats. Vous vous couchez vers minuit après cette excellente journée en famille.

Avant de s'endormir Reda te parle.

- Tes parents sont excellents, moi je les adore!

- T'inquiètes chéri c'est largement réciproque ils t'adorent aussi.

- Tu crois qu'ils se doutent de quelque chose?

- Non, comment veux-tu?

 

     Le lendemain matin, c'est samedi, et le samedi chez tes parents, c'est le jour du meilleur gueuleton de la semaine, avec des fruits de mer. Ton père te propose d'aller acheter des huïtres et quelques tourteaux au vivier. Tu acceptes avec joie, Reda dors encore, il est dix heures du matin. Aujoud'hui un magnifique soleil raillonne promettant une magnifique journée en perspective.

- Tu sais ta mère et moi on est ravis pour toi. Te confie ton père timidement.

Ca a été très dur pour lui d'apprendre ton homosexualité, le jour où tout gêné, âgé de dix-sept ans tu leur as avoué. Le grand soulagement qui a suivi a été une période de bonheur intense pour toi. Mais le moral de ton père était laminé pour pendant quelques mois. Depuis, il a effectué un immense cheminement.

- On sent que Reda et toi vous êtes amoureux, ça se voit, c'est vraiment un bonheur pour nous parents de te voir comme ça.

Tu ne dis rien, mais tu es touché par ces mots d'amour de ton père. L'amour d'un père pour un fils. Au vivier vous choisissez les plus beaux tourteaux, une araignée, des huîtres et autres coquillages. Un très bon repas en perspective pour ce soir.

 

     Vous êtes sur le chemin du retour. Ton portable vibre, tu décroches. Ta mère est au bout du fil, elle hurle, elle pleure, elle broie ses mots...

- Maman, calme- toi et explique moi clairement ce qui se passe! Je ne comprends rien à se que tu racontes!

- C'est Reda... reda...

- Reda quoi?

- Je crois qu'il est...

- Quoi?

- Je crois qu'il est décédé, dit-elle en étouffant ses pleurs. Il ne bouge plus il est allongé sur le sol...

Tu gardes tout ton calme et tu racroches le combiné.

- Qu'est-ce qui se passe? demande ton père affolé.

- Il parait que Reda est mort... dis-tu très calmement, presque en riant.

Vous arrivez à la maison. Ta mère horrifiée se tient debout dans ta chambre. Le corps de Reda gît nu sur le sol.

- J'ai... j'ai voulu me rendre dans la salle de bain et j'ai entendu un grand boum. Je suis arrivée, il était là... J'ai éssayé d'entendre les bruits de son coeur mais...

Elle ne finit pas sa phrase elle tremble. A ce moment tu éclates de rire, un vrai fou rire qui te rougis le visage.

Tes parents te lancent un regard d'incompréhension.

- Mais qu'est-ce qui te fait rire? demande ton père. Ton compagnon est là étalé sur le sol et toi tu te mets à rire?

- C'est le choc, lui dit ta mère tout bas.

 

     A ce moment tu commences à fouiller dans ton sac de voyage, tout en commençant ton explication. Tu sors un câble électrique.

- Mes chers parents, contrairement à ce que vous pensez, Reda l'homme avec qui je partage ma vie n'est pas... mort! Vous êtes un peu réac, aidez moi plutôt à mettre ce tas de chair, si j'ose dire, sur le lit.

Une fois le corps de Reda allongé, tu saisis sa main gauche et soulève un morceau de peau au niveau du poignet. Devant les yeux écarquillés de tes parents, tu branches le câble sous sa peau, l'autre sur la prise du mur la plus proche.

- Vous voyez-bien, il n'est pas mort, il est juste déchargé. Vous voyez, j'étais ce qu'on appelle un "incasable" avant, mais une société américaine s'est mise à commercialiser des robots ressemblant à cent pour cent aux humains, suite à une demande de plus en plus nombreuse de célibataires en mal d'amour. En plus, on te fabrique ton robot à l'effigie de ce qui te plait le plus, niveau physique et moral, c'est cool non? Donc voici Reda, le premier mec que je ramène à la maison, et en plus c'est un robot. Tu peux le brancher en mode indépendant comme j'aime bien, ou en mode "j'obéis à tout"; là maman, quand tu en as besoin il exécute le moindre de tes ordres, c'est pratique pour les tâches ménagères et toutes les choses pas intéressantes. Vous, voyez, c'est super! Et vous allez vite vous y attacher.

 


Télécharger l'œuvre au format papier (PDF) Télécharger l'œuvre au format papier (PDF)